Mesure des gaz respiratoires pour déceler la dysbiose intestinale

L'état de notre microbiote détermine notre santé. Le déséquilibre du microbiote intestinal expliquerait 90% des pathologies actuelles.

Le test respiratoire est indiqué si vous êtes atteint(e) de :
 

Troubles digestifs : colopathie fonctionnelle, intolérances alimentaires, maladie de Crohn, maladie de coeliaque, syndrome de l'intestin irritable, brûlures d'estomac, constipations, diarrhées, ballonnements...​


Syndrome métabolique : diabète, cholestérol, hypertension...​ ​


Problème de poids : surpoids, obésité ou maigreur.​


Troubles du cycle féminin : règles douloureuses, endométriose, préménopause, ménopause, fibromes, syndrome des ovaires polykystiques, syndrome prémenstruel...


Troubles immunitaires ou infectieux : thyroïde, maladies auto-immunes, allergies respiratoires ou alimentaires, sclérose en plaques, douleurs articulaires, herpès, aphtes, gingivites, maladies parodontales...


Problèmes de peau : psoriasis, urticaires, acné, eczéma...​​


Autres : dépression, fatigue chronique, carences, anémie, stress, burn out…

 

L’analyse des gaz expirés avec l'appareil Dräger

Le détecteur de gaz permet de détecter la dysbiose (déséquilibre des bactéries) en mesurant les gaz expirés émis par les bactéries digestives et expulsés par l’haleine.

Ce protocole est celui enseigné par le Dr Bruno Donatini (gastro-entérologue, hépatologue, cancérologue, immunologue, ostéopathe) à l’European College of Integrative Medicine (ECIM).

L’appareil va mesurer 4 gaz expirés caractéristiques de l'intestin grêle (méthylacétate, hydrogène, hydrogène sulfureux et monoxyde d’azote).


Voici les règles à respecter avant de faire un test respiratoire :

Sept jours avant le test, éviter les anti-infectieux (antibiotiques, huiles essentielles, argent colloïdal); pas de coloscopie ni hydrothérapie du côlon.

Ne pas consommer d’aliments contenant du fructose et lactose 24h avant le test respiratoire (produits laitiers, fruits). Le repas de la veille (avant 21h) doit être très léger. Vous devez être à jeun depuis au moins 12h (seule l’eau est autorisée).

Le matin du test :

  • ne pas fumer, ni boire
  • pas de chewing-gum
  • pas d'exercice physique excessif
  • pas de complément alimentaire, laxatifs, huiles essentielles ou argent colloïdal
  • les médicaments habituels sont autorisés sauf hypoglycémiants (insuline, antidiabétiques oraux)
  • ne pas se laver les dents le jour du test respiratoire
  • ne pas mettre de parfum ni déodorant parfumé, ni rouge à lèvre.

 

Déroulement du test respiratoire :

A jeun, vous soufflez dans un ballon et l’appareil va prélever une partie de ce gaz expiré.

Ensuite vous allez prendre du lactose et du fructose pour qu’on puisse mesurer 2h plus tard, l’élévation plus ou moins importante des gaz expirés.

Entre ces deux mesures sera réalisé un bilan de naturopathie pour comprendre la cause de votre problème et j'analyserai aussi vos bilans biologiques (prise de sang prescrite par votre médecin).

C'est grâce à cette approche holistique et au résultat du test respiratoire de votre microbiote que je serai en mesure de vous proposer des conseils simples et personnalisés pour améliorer votre santé.

Lorsqu’il existe une dysbiose, il faut rétablir l’équilibre en douceur.

Le plan d'action établi s'étendra sur une durée de 6 mois à 1 an avec des rendez-vous réguliers pour apporter les réajustements nécessaires.

 

Attention :  Les conseils proposés s'inscrivent dans un programme d'hygiène vitale de naturopathie et ne prétendent à aucun traitement de maladie. Les conseils ne modifient en rien ni n'interfèrent avec vos prescriptions médicales.

Le test respiratoire ne peut en aucun cas être assimilé à une facture de soins médicaux donnant lieu à remboursement par un organisme de Sécurité Sociale.